Inondations / Retard dans les champs

Des milliers de riverains dans plusieurs régions du Québec sont aux prises avec la montée des eaux printanières, particulièrement prononcée cette année. Les dégâts sont importants à des centaines de bâtiments, dont des résidences.

Du côté agricole, les superficies destinées à des cultures directement touchées par les inondations sont tout compte fait, assez limitées. Cependant, les mauvaises conditions météorologiques  ne permettent toujours pas le travail de semis ou de plantation à grande échelle comme c’est normalement le cas à cette période-ci.

Chez Les Jardins  Végibec, à OKA, puisque l’accès aux champs est très limité, une vingtaine de travailleurs étrangers temporaires sont allés prêter main-forte à la Municipalité pour bloquer la montée des eaux en plein cœur du village.

Lionel Levac estime que chez les maraîchers, le retard sur une saison normale est d’environ une semaine. En ce qui concerne les semis de grandes cultures, certains accusent cependant des retards pouvant aller jusqu’à 3 semaines.

 

-30-

Pas de commentaires

Désolé, les commentaires sont fermés actuellement