Marie-Claude Bibeau

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

 

Le gouvernement du Canada poursuit ses démarches

pour bâtir une industrie biologique forte et concurrentielle

 

Sherbrooke, Québec, Le 14 juin 2019 – Aujourd’hui, la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, s’est rendue à la Coopérative Alentour de Sherbrooke, où elle a annoncé une contribution de 992 131 $ versée à l’Association pour le commerce biologique du Canada pour créer des débouchés au pays et à l’exportation pour des produits alimentaires biologiques de haute qualité, tout en continuant à bâtir la confiance du public et à soutenir la réputation positive de la « marque Canada biologique ». La ministre Bibeau a aussi annoncé que des consultations publiques au sujet des révisions proposées des Normes canadiennes biologiques seront lancées cet été.

 

La ministre a procédé à cette annonce avant la tenue d’une table ronde avec des producteurs d’aliments biologiques et des représentants d’associations. Au cours de cette rencontre, elle soulignera l’engagement soutenu du gouvernement du Canada envers ce secteur et discutera des priorités de l’industrie.

 

L’investissement de 992 131 $ aidera l’Association pour le commerce biologique du Canada à financer des kiosques dans les foires commerciales internationales et à faciliter l’accueil des missions commerciales de l’étranger. Il permettra aussi d’obtenir l’aide technique dont le Canada a besoin pour établir des ententes sur l’équivalence des produits biologiques avec ses partenaires commerciaux, et le soutien pour promouvoir la « marque Canada biologique » sur la scène internationale.

 

Le succès des produits biologiques canadiens n’est possible au pays et à l’étranger qu’avec la confiance des consommateurs à l’égard des Normes canadiennes biologiques, qui constituent le pilier de l’industrie et de la « marque Canada biologique ».

 

En janvier 2018, le gouvernement du Canada a investi plus de 250 000 $ pour aider l’Office des normes générales du Canada (ONGC) à mener ses activités essentielles en ce qui concerne les Normes canadiennes biologiques. L’examen est effectué tous les cinq ans pour veiller à ce que les méthodes de production correspondent aux pratiques actuelles et aux progrès technologiques en place dans l’industrie des produits biologiques.

 

Dans le cadre de cet exercice, l’ONGC lancera un examen public de 90 jours à l’été 2019 afin de permettre aux Canadiens d’analyser les changements proposés aux Normes. À la suite des consultations, c’est-à-dire à la fin de 2019, le comité technique – composé d’experts de l’industrie, du gouvernement et d’autres associations du secteur des aliments biologiques – votera sur les changements proposés aux Normes canadiennes biologiques actuelles. Les Normes mises à jour seront ensuite publiées par l’ONGC à l’automne.

 

Le gouvernement du Canada a également offert du soutien aux programmes à hauteur d’environ 300 000 $ à la Fédération biologique du Canada pour aider à améliorer l’examen des Normes et la viabilité du secteur.

 

Citations

« Les producteurs et les transformateurs alimentaires biologiques canadiens produisent des aliments de grande qualité. Ceux-ci répondent aux exigences des consommateurs ici et à l’étranger, en plus de faire travailler des milliers de personnes partout au pays. Notre engagement à supporter la mise à jour des normes et à développer de nouveaux marchés contribuera à renforcer la compétitivité de l’industrie des produits biologiques d’ici. »

Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire

 

« En tant qu’organisation de normalisation du gouvernement du Canada, l’Office des normes générales du Canada offre un leadership et une expertise unique. Grâce à cet examen fondé sur le consensus, l’ONGC veillera à ce que les Canadiens demeurent confiants dans la qualité des aliments biologiques qu’ils achètent. »

L’honorable Carla Qualtrough, ministre de Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité

 

« Les Normes canadiennes biologiques, adoptées par des milliers de producteurs, définissent les meilleures pratiques écologiques en production agricole au Canada. L’examen public permettra aux exploitants et consommateurs de valider notre norme biologique nationale et de se procurer des produits biologiques dignes de mention. La Fédération biologique du Canada remercie Agriculture et Agroalimentaire Canada pour son soutien aux travaux de révision de la Norme biologique canadienne. »

– Jim Robbins, président, Fédération biologique du Canada

 

« La production biologique étant le secteur agricole canadien dont la croissance est la plus rapide, cet investissement aide les entreprises de produits biologiques à prendre de l’expansion sur les marchés internationaux pour répondre à la demande mondiale de produits biologiques canadiens. Les fonds serviront aussi à la mise en place d’ententes d’équivalence avec d’autres pays, de missions d’acheteurs étrangers et d’un programme de formation pour les détaillants. Nous sommes ravis de l’annonce par la ministre Bibeau d’une contribution gouvernementale de 992 000 $ pour soutenir la croissance et l’intégrité de l’industrie des produits biologiques. »

– Tia Loftsgard, directrice exécutive, Association pour le commerce biologique du Canada

 

« Compte tenu de l’objectif du gouvernement à faire passer à 75 milliards de dollars les exportations agricoles d’ici 2025, il est crucial que les industries en pleine croissance comme la production biologique aient des chances égales de prospérer sur le marché mondial. Nous sommes heureux de constater que le gouvernement reconnaît la nécessité d’intensifier nos efforts pour tirer parti de l’essor formidable des produits biologiques canadiens, afin que notre secteur puisse continuer à faire concurrence à nos principaux partenaires commerciaux. Nous sommes reconnaissants de l’appui continu du gouvernement, et nous avons hâte de collaborer afin de renforcer l’intégrité et la croissance du secteur de la production biologique au Canada. » 

– Marie-Michèle Le Moine, secrétaire du Conseil, Association pour le commerce biologique du Canada

 

Les faits en bref

  • Le secteur agricole et agroalimentaire est un moteur important de l’économie canadienne et le succès du commerce biologique aidera le Canada à atteindre l’objectif ambitieux du gouvernement du Canada de faire passer les exportations de produits agroalimentaires à 75 milliards de dollars par année d’ici 2025.
  • Depuis octobre 2015, le gouvernement du Canada a investi plus de 50 millions de dollars à l’appui du secteur biologique, son objectif étant ainsi de faciliter l’adoption de technologies novatrices, d’aider les agriculteurs biologiques et les transformateurs d’aliments biologiques à saisir des occasions sur le marché, de financer des emplois jeunesse et de mener des activités de recherche.
  • La vente au détail de produits alimentaires certifiés biologiques au Canada totalise quelque 4,4 milliards de dollars par année. On compte au pays environ 4 289 producteurs certifiés de produits biologiques ou en attente de certification, lesquels occupent des terres d’une superficie totale de plus de 930 000 hectares.
  • Le Partenariat canadien pour l’agriculture est un investissement de trois milliards de dollars sur cinq ans des gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux, qui vise à renforcer le secteur agricole et agroalimentaire.
  • Les fonds ont été versés à l’Association pour le commerce biologique du Canada au titre du volet Associations nationales de l’industrie (AIN) du programme Agri-marketing du Partenariat canadien pour l’agriculture, une initiative fédérale quinquennale disposant d’un budget maximal de 121 millions de dollars qui vise à accroître et à diversifier les exportations vers les marchés internationaux et à saisir des débouchés sur le marché intérieur.
  • L’ONGC est un organisme du gouvernement fédéral qui offre des services d’élaboration de normes et d’évaluation de la conformité complets axés sur les clients en appui aux intérêts du gouvernement, de l’industrie et des consommateurs en matière d’économie, de réglementation, d’approvisionnement, de santé, de sécurité et d’environnement.
  • Les Normes canadiennes biologiques sont incorporées par renvoi dans la Loi sur la salubrité des aliments au Canada, dans cinq provinces, ainsi que dans les ententes d’équivalence internationales. Les Normes doivent faire l’objet d’un examen tous les cinq ans afin qu’elles demeurent pertinentes, compte tenu des progrès réalisés dans la technologie et la production, et des mémoires déposés par les intervenants de l’industrie et du secteur biologique. L’examen doit se faire au moyen des procédures fondées sur le consensus de l’ONGC, l’organisation de normalisation accréditée qui administre les Normes canadiennes biologiques et qui fait partie de Services publics et Approvisionnement Canada.

Marie-Claude Bibeau

Annonce biologique

De gauche à droite: Marie-Michèle Le Moine, Partenariat canadien pour l’agriculture, Tia Loftsgard, Association pour le commerce biologique du Canada, la Ministre Marie-Claude Bibeau (au centre), Nicole Boudreau, Fédération biologique du Canada, Marcel Groleau, UPA

– 30 –

Source:

Personnes-ressources

Justine Lesage, Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire
justine.lesage@canada.ca
Téléphone cellulaire : 613-404-1168

Relations avec les médias
Agriculture et Agroalimentaire Canada
Ottawa (Ontario)
613-773-7972 | 1-866-345-7972
aafc.mediarelations-relationsmedias.aac@canada.ca

Suivez-nous sur Twitter : @AAC_Canada
Aimez-nous sur Facebook : AgricultureCanadienne

 

 

0 Partages