CTAQ

Pour diffusion immédiate

 

La consigne élargie n’est pas une pensée magique

 

Granby, le 30 janvier 2020 — Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) accueille favorablement l’objectif du gouvernement d’assurer une seconde vie aux contenants de boissons en verre, en plastique et en métal, mais demeure perplexe face à l’efficacité de la proposition de mise en place d’une consigne élargie. La non-performance du système actuel n’est pas attribuable à la récupération de la matière, mais bien au tri, au traitement et à la valorisation des matières résiduelles.

 

Bien qu’il soit inadmissible que des contenants et emballages finissent leur cycle de vie dans un site d’enfouissement, nous ne croyons pas que l’implantation d’une consigne élargie, un autre système de récupération parallèle, règlera le problème de récupération et de traitement des contenants de boisson à usage unique. Pour reprendre l’argumentaire du gouvernement, nous croyons que la collecte sélective est « un réseau accessible et efficace de récupération présent sur tout le territoire, de manière que les consommateurs puissent aisément contribuer à la performance du système ». Toutefois, il faut investir dans le tri, le traitement, la valorisation et l’analyse des cycles de vie des matières afin que le Québec trouve des débouchés profitables pour la société.

 

Nous reconnaissons la volonté du gouvernement d’inclure la participation des émetteurs  de contenants et d’emballages dans la conception du nouveau système. La gestion des matières résiduelles est un dossier très complexe et le CTAQ veut être impliqué dans la solution autant dans le cadre de la mise en place des projets pilotes que pour la mise en place du système de consigne élargie.

 

Rappelons que pour l’industrie alimentaire, l’emballage assure la manutention, le transport et la salubrité des aliments. Les contenants et emballages des aliments sont fortement réglementés et servent avant tout à protéger la santé et la sécurité des consommateurs et des citoyens.

 

L’industrie alimentaire québécoise contribue à 100 % au financement de la collecte sélective (bac bleu) au Québec depuis 2013. Les taux payés par les entreprises émettrices de contenants et d’emballages sont basés selon leur type de matière, leur taux de recyclabilité et leurs ventes. L’industrie alimentaire a investi à elle seule plus de 1 G$ dans la collecte sélective au Québec dans les 20 dernières années et est loin d’être satisfaite de la performance du traitement et de la revalorisation de la matière recyclable

 

La proposition du gouvernement met pratiquement fin au système actuel de la collecte sélective. L’industrie alimentaire, qui est majoritairement constituée de PME, est inquiète des impacts et des coûts additionnels importants qui pourraient être engendrés par la mise en place de la consigne élargie.

 

À propos du CTAQ

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) est une consolidation des forces de l’industrie qui représente 13 associations et plus de 550 entreprises membres. Sa mission est d’assurer fa représentation, la promotion et la défense des intérêts de ses membres auprès des parties prenantes et de les appuyer dans l’atteinte de leur plein potentiel pour assurer la pérennité de l’industrie alimentaire au Québec.

 

– 30 –

Source:

Sébastien Nadeau
Directeur, Marketing et opérations
sebastiennadeau@conseiltaq.com
1 450-349-1521 poste 215